Quelles sont les causes de faibles réserves en fer, ce qui provoque des faibles réserves en fer.

Quelles sont les causes de faibles réserves en fer, ce qui provoque des faibles réserves en fer.

par Jack Norris, RD | Dernière mise à jour: Juin 2013

Vous ne devez pas vous soucier de fer si vous êtes en bonne santé et de manger un régime végétarien ou végétalien varié. Si vous pensez que vos réserves de fer pourraient être faible, vous pouvez augmenter l’absorption du fer par:

  • Ajout d’une source de vitamine C aux repas (voir le tableau 2 des sources de bonne vitamine C ci-dessous).
  • Éviter le thé et le café aux repas.
  • L’augmentation des légumineuses (arachides, haricots, lentilles, pois) consommation.
  • Cuisson des aliments (en particulier les aliments à base d’eau acides comme la sauce tomate) en poêlons en fonte.

Si vos préoccupations persistent, vous devriez avoir un médecin de mesurer votre statut en fer. Si vos réserves de fer sont trop bas, votre médecin pourrait suggérer de manger de la viande ou de prendre un supplément de fer. L’anémie chez les mangeurs de viande est normalement traitée avec de fortes doses de suppléments de fer, non pas avec de manger plus de viande. De même, les végétariens souffrant d’anémie ne doivent pas commencer à manger de la viande, mais peuvent également être traités avec des suppléments de fer et de la vitamine C. Si votre médecin insiste sur le fait que vous mangez de la viande, vous pouvez lui montrer cet article.

Il est important pour tout végétalien avec une carence en fer pour la corriger parce que pendant la carence en fer, le corps a tendance à absorber trop de manganèse. Heureusement, la vitamine C augmente l’absorption du fer, mais ne pas augmenter l’absorption du manganèse.

Fonctions de fer

Les principales fonctions du fer sont:

La majorité du fer dans le corps est impliqué dans la production d’énergie. La fraction la plus importante se trouve dans l’hémoglobine des globules rouges et est nécessaire pour le transport d’oxygène dans tout le corps. Fer sert également dans le cadre de la myoglobine pour l’approvisionnement en oxygène aux muscles. Le fer est impliqué dans le système de transport d’électrons et fait partie d’une enzyme productrice d’énergie importante, NADH déshydrogénase.

Le fer a des propriétés pro-oxydation utilisées par le système immunitaire pour détruire les bactéries.

  • Nécessaire pour la synthèse de l’ADN
  • La carence en fer est la carence en éléments nutritifs les plus courants dans le États-Unis Il y a trois étapes à la carence en fer:

    1. Stockage Fer Depletion

    appauvrissement en fer de stockage est généralement mesurée par un taux de ferritine sérique (la protéine sur laquelle est stocké le fer) inférieur à 18 ng / ml. Lorsque ferritinémie descend en dessous de 12 ng / ml, les réserves en fer sont complètement épuisées.

    Le fer est transférée à travers le corps par la protéine transferrine. la capacité de fer total élevé de liaison est une mesure de taches ouvertes pour le fer sur des molécules transferrine et peut être utilisé pour aider à diagnostiquer le stockage déplétion en fer.

    Notez que les taux de ferritine peuvent être élevés, même en présence d’une carence en fer, dans les états de l’inflammation, une infection, une maladie du foie, le gain de poids, la consommation d’alcool importante, et le glucose plasmatique élevée.

    2. Early déficience fonctionnelle

    Early déficience fonctionnelle de fer est lorsque la formation de globules rouges commence à devenir avec facultés affaiblies, mais pas assez pour provoquer une anémie mesurable. Ceci est indiqué par une faible saturation de la transferrine sérique, une augmentation de la protoporphyrine érythrocytaire, et / ou une augmentation de la concentration du récepteur de la transferrine sérique soluble.

    Deux études de la Suisse ont montré que la supplémentation en fer peut réduire la fatigue chez les femmes préménopausées (18. 53), dont le taux d’hémoglobine sont au-dessus de 120 g / l (et donc pas un diagnostic de l’anémie). La plus récente, à partir de 2012 (53), était un essai en double aveugle, randomisée et contrôlée dans laquelle 80 mg de sulfate ferreux (un supplément de fer) par jour pendant douze semaines a augmenté l’hémoglobine chez les femmes qui avaient des niveaux de ferritine sérique moyenne de 22,5 µg / l. Cette augmentation du taux d’hémoglobine a été jumelé à une réduction de 50% des symptômes de fatigue (contre seulement 19% pour le placebo). L’amélioration du taux d’hémoglobine ont été observées après 6 semaines.

    Cognition chez les adolescentes (19) a également été améliorée par des suppléments de fer dans ceux avec une déficience fonctionnelle précoce.

    3. Anémie ferriprive

    Les Centers for Disease Control définit l’anémie par carence en fer que la carence en fer avec une faible valeur de l’hémoglobine, typiquement inférieure à 120 g / l. Elle se caractérise par de petits globules rouges en raison de l’absence d’hémoglobine. De faibles valeurs pour la concentration d’hémoglobine dans le sang, nombre de globules rouges sanguins, l’hématocrite (pourcentage en volume des globules rouges dans le sang entier), un faible volume globulaire moyen (la taille de la cellule moyenne des globules rouges) et la concentration érythrocytaire de l’hémoglobine sont tous potentiellement indicative d’anémie ferriprive.

    Parce que la carence en fer est pas la seule cause de l’anémie, de multiples mesures de l’état de fer doivent être prises pour déterminer si une anémie est vraiment d’une carence en fer. Bien qu’il existe des dizaines de types d’anémie (y compris l’anémie causée par des niveaux bas de vitamine B12), dans cet article anémie fait référence à déficience en fer.

    Les symptômes de carence en fer

    De nombreux symptômes de carence en fer sont liées à la privation d’oxygène des tissus: fatigue, rythme cardiaque rapide, des palpitations, une respiration rapide à l’effort, et augmentation de la production d’acide lactique. les symptômes de l’anémie comprennent la peau pâle, les ongles cassants, koïlonychie (ongles en forme de cuillère, où les bords extérieurs sont élevés), la faiblesse, la perte d’appétit, apathie, perte de cheveux. altération de l’immunité, la stomatite angulaire (irritation et fissurant dans les coins des lèvres), glossite (inflammation de la langue), la gastrite chronique, pica, régulation de la température anormale et retard du développement psychomoteur chez les enfants.

    Carence en fer & Manganèse

    Il est important pour les végétaliens pour résoudre la carence en fer, car il peut accroître l’accumulation de manganèse dans le cerveau. En cas de carence en fer, le manganèse est absorbé au lieu de fer et les végétaliens ont des apports de manganèse élevés. Les bonnes nouvelles sont que si phytate diminue à la fois le fer et l’absorption du manganèse, C augmente de vitamines que l’absorption du fer.

    Pour les références et plus d’informations, consultez l’article VeganHealth, Manganèse.

    Tableau 1. Fer dans les aliments végétaux

    Fer à repasser en viande contre les plantes

    Le fer est répandu dans une grande variété d’aliments d’origine végétale, notamment les haricots et les grains. En fait, les apports en fer de végétaliens sont aussi élevés ou plus élevés que les non-végétariens. Le tableau 1 montre la teneur en fer de certains aliments d’origine végétale.

    Dans la viande, 40% de fer est lié à la molécule d’hème (de l’hémoglobine et la myoglobine) (54), qui est relativement facilement absorbé. Le bœuf contient environ 3 mg de fer hémique par portion, tandis que le poulet et le porc contient environ 1 à 2 mg par portion, et le poisson contient environ 1 mg par portion (20). Le reste du fer dans la viande et tout le fer dans les plantes est le fer non hémique (3). Fer non hémique nécessite d’être libéré de composants alimentaires par l’acide chlorhydrique et de l’enzyme digestive pepsine dans l’estomac (3). Le fer non hémique doit faire la navette à partir du tube digestif dans la circulation sanguine par une protéine appelée transferrine .

    L’absorption du fer des végétaux

    Résumé: Phytates, polyphénols, et les suppléments de calcium inhibent toute l’absorption du fer non hémique. La vitamine C et l’augmentation de l’absorption de la lysine.

    Phytates, trouvés dans les légumineuses et les céréales, peuvent inhiber l’absorption du fer végétal. Les suppléments de calcium peuvent également inhiber l’absorption du fer, si pris avec les repas.

    Polyphénols, qui incluent l’acide tannique, peuvent inhiber l’absorption du fer, et se retrouvent dans le café, le cacao et les tisanes noir, vert et beaucoup. Vous devriez éviter ces aliments aux repas si vous essayez d’augmenter l’absorption du fer (14). Une étude a montré que, plus de quatre semaines, le thé vert et noir abaissé les niveaux de fer principalement chez les personnes ayant des niveaux de ferritine sérique inférieur à 20 µg / l (15).

    La vitamine C est un fort activateur du fer végétal et peut surmonter les inhibiteurs dans les aliments végétaux. Une étude a révélé que diverses doses de phytate réduit l’absorption du fer de 10 à 50%. Mais en ajoutant 50 mg de vitamine C contrecarrée phytate, et en ajoutant 150 mg de vitamine C augmente l’absorption du fer à près de 30%. De même, en présence d’une forte dose d’acide tannique, 100 mg de vitamine C augmente l’absorption du fer à partir de 2 à 8% (13).

    Il est important de noter, lors de l’évaluation des études sur l’absorption du fer, que le taux de ferritine sérique d’une personne est le principal déterminant de l’absorption du fer non hémique. ferritine sérique est inversement proportionnelle à l’absorption (47).

    Tableau 2. La vitamine C dans les aliments

    La vitamine C se trouve également dans d’autres légumes verts à feuilles (chou frisé, chou, bette à cardes, choux de Bruxelles), les poivrons verts et chou-fleur.

    Dans une autre étude, les enfants végétariens avec anémie et faible taux de vitamine C prises en Inde ont reçu 100 mg de vitamine C pour le déjeuner et le dîner pendant 60 jours. Ils ont vu une amélioration drastique de leur anémie, avec la plupart faisant un rétablissement complet (2).

    Les chercheurs ont utilisé 500 mg de vitamine C deux fois par jour après les repas pour augmenter l’hémoglobine et de ferritine sérique chez les végétariens indiens. Ils ont conclu que la vitamine C était plus efficace pour augmenter le statut en fer que les suppléments de fer (12).

    Cuisson des aliments en fonte casseroles de fer peuvent augmenter la consommation de fer. Une étude réalisée en 2007 au Brésil a montré que la cuisson la sauce tomate dans une poêle de fer augmente la quantité de fer dans la sauce et a également augmenté le statut en fer chez les végétariens lacto-ovo adolescentes et les jeunes adultes (9). Les auteurs considèrent qu’il est important pour les aliments cuits à la fois acide et à base d’eau, comme la sauce tomate.

    L’acide aminé, la L-lysine, joue un rôle dans l’absorption du fer et du zinc. Parmi les aliments végétaux, L-lysine se trouve en quantités élevées principalement dans les légumineuses (arachides, haricots, lentilles, pois) et le quinoa, et un végétalien qui ne mange pas beaucoup de légumineuses pourrait se trouver en deçà de lysine. Chez certaines femmes, la supplémentation en fer ne conduit pas à une augmentation des réserves de fer. Dans une étude de ces femmes, en ajoutant de l’acide aminé L-lysine (1,5 à 2 g / jour pendant 6 mois) pour la supplémentation en fer a fait augmenter les réserves de fer (46).

    Fer Statut de Vegetarians

    Résumé &# 8211; hommes végétariens, les garçons et les femmes ménopausées ont montré peu de problème avec une carence en fer. Tout comme dans la plus grande population, il est pas rare pour les femmes préménopausées végétariens et les adolescentes d’avoir une carence en fer et parfois même l’anémie. Il existe des preuves anecdotiques que certaines femmes préménopausées qui deviennent végétariens développent une carence en fer et ces femmes doivent faire en sorte qu’ils paient l’attention sur les conseils ci-dessus sur l’augmentation de l’absorption du fer.

    Position Paper de l’American Dietetic Association sur végétarien Diets dit, "Incidence de l’anémie ferriprive chez les végétariens est similaire à celle des non-végétariens. Bien que les adultes végétariens ont des réserves de fer inférieures à nonvegetarians, leurs taux de ferritine sérique sont généralement dans la fourchette normale (8)." Cette déclaration est basée sur des études transversales. Le statut de fer de végétariens ou végétaliens sur les régimes d’auto-sélectionné n’a pas été suivi dans le temps.

    Les études transversales montrent que les apports moyens des végétariens mâles (y compris les végétariens et les végétaliens lacto-ovo) fer vont 14-18 mg / jour de nourriture et de 23 mg / jour, y compris les suppléments (21. 22). moyenne des niveaux de ferritine sérique de végétariens mâles vont 30-75 ug / l (22. 23. 24). Dans une étude qui a déclaré explicitement, pas d’hommes végétaliens étaient une carence en fer ou anémie (22).

    Les études transversales montrent que les apports en fer moyen des végétariens femelles vont 12-15 mg / jour de la nourriture (21. 25. 26. 27), bien qu’une étude mesura à 20 mg / jour de la nourriture (11) et un autre à 26 mg / jour de nourriture et de 42 mg / jour de la nourriture et des suppléments (22).

    moyenne des niveaux de ferritine sérique pour femmes végétariens vont 11-35 ug / l (11. 23. 24. 25. 27). les femmes végétariennes blancs ont des taux élevés de carence en fer allant d’environ 25-50%, bien que les taux de carence de omnivores allaient de 20-60% dans ces mêmes études (11. 22. 25. 26), peut-être ce qui suggère que les femmes ayant une carence en fer les questions sont plus susceptibles de prendre part à des études sur la carence en fer. les femmes végétaliennes plus de 50 avaient un taux de seulement 12% (11) de déficit. Dans trois études mesurant l’hémoglobine, deux avaient pas végétariens femmes souffrant d’anémie (26. 27), tandis qu’un autre avait 2 sur 15 (22), et on avait 3 sur 75 (11).

    Une étude a inclus, les végétariens indiens, femmes lacto-ovo vivant en Grande-Bretagne. Quinze des 19 étaient une carence en fer et deux souffraient d’anémie (26).

    Il y a eu une étude prospective sur l’état de fer en utilisant un régime végétarien (28) dans lequel les hommes âgés de 59-78 ont été placés soit sur un régime végétarien ou omnivores lacto-ovo pendant 12 semaines au cours de laquelle ils ont également participé à la formation de résistance. Après 12 semaines, la ferritine sérique dans le groupe végétarien est allé 95-72 ug / l, alors que les taux de ferritine des omnivores sont restés les mêmes. D’autres paramètres de fer sont restés sur le même, sans changement dans l’hémoglobine végétariens.

    Une étude 2013 de la Pologne mesuré les apports en fer et le statut en fer des enfants végétariens (17). L’étude a comparé 22 enfants végétariens (5 mangé du poisson, aucun n’a été végétalien) à 18 omnivores, vieux âgés de 2 à 18 ans. Parmi les filles végétariens d’âge menstruées, 2 du 5 eu l’anémie ferriprive, alors qu’aucun des 4 omnivore filles menstruées avait anémie ferriprive. Les chercheurs ont noté que leur anémie n’a pas été due à des troubles de la période menstruelle, et qu’ils avaient essayé de perdre du poids pour "un temps assez long." Parmi les végétariens, huit (36%) avaient une carence en fer, comparativement à seulement deux (11%) des omnivore. Vous pouvez en savoir plus sur cette étude dans la carence en fer en polonais végétarienne Enfants.

    J’ai rencontré de nombreux ex-végétariens femmes (et quelques hommes) qui prétendaient devenir anémiques après être devenu végétarien. Dans la plupart des cas, ils ne disposent pas d’un médecin à diagnostiquer eux, mais ont supposé qu’ils étaient anémiques parce qu’ils étaient fatigués. Je ne sais d’une femme qui est devenue une carence en fer, vérifié par des tests de laboratoire, après être devenu végétarien. Elle guérit son déficit en ajoutant plus de légumineuses et de la vitamine C à son régime alimentaire.

    La Food and Nutrition Board et les régimes végétariens

    La Food and Nutrition Board (FNB) de l’Institut de médecine définit la RDA pour les éléments nutritifs. Le FNB suggère que le fer dans les régimes végétariens est absorbé à un taux de 10% par rapport à 18% des régimes omnivores et que l’absorption du fer pourrait être aussi bas que 5% pour les végétaliens. Le FNB ne donne pas explicitement une RDA distincte, mais dit que le "exigence de fer est de 1,8 fois plus élevé pour les végétariens (5)."

    Tableau 3. Apports nutritionnels de référence (DRI) pour Iron

    a La limite supérieure pour l’apport en fer est réglé pour prévenir la détresse gastro-intestinale plutôt que de prévenir toutes les maladies chroniques possibles de la surcharge en fer. 1
    Ceux qui se livrent à l’exercice régulier et intense peut avoir besoin d’un montant supplémentaire de 30%. 5

    les montants de fer figurant sur une étiquette nutritionnelle sont basés sur 18 mg / jour. Par exemple, 25% de la valeur quotidienne = .25 x 18 mg = 4,5 mg.

    Le FNB fonde ses recommandations sur les deux essais cliniques:

    Hunt et Roughead (44) ont réalisé une étude croisée dans laquelle les participants ont passé 8 semaines sur un régime végétarien typique lacto-ovo et 8 semaines sur un régime omnivore. L’absorption du fer sur le régime végétarien lacto-ovo a été de 1,1% par rapport à 3,8% sur le régime omnivore.

    Cook et al. (45) divisé les gens sans anémie en 3 groupes: ceux qui mangent un régime alimentaire normal, ceux qui mangent un régime alimentaire avec des activateurs d’absorption de fer, et ceux qui mangent un régime alimentaire avec des inhibiteurs. Au cours de deux semaines, le fer non hémique des repas a été absorbé aux taux respectifs de 7,2%, 13,5 et 2,5%, tandis que les taux d’absorption pour les deux semaines entières était de 7,4%, 8,0% et 3,4%. Les auteurs ont dit que, bien que l’absorption du fer des repas peut varier jusqu’à 20 fois dans le même repas, en fonction des activateurs et des inhibiteurs, les grandes enquêtes de population ont pas démontré une relation claire entre le statut en fer et la consommation quotidienne de ces facteurs.

    Ces essais ne représentent pas le corps d’adapter ses niveaux d’absorption sur des périodes de temps plus longues (comme un an ou plus) ou en utilisant des activateurs d’absorption de fer, en particulier la vitamine C, dans les régimes végétariens.

    Jusqu’à ce que des études prospectives enquêter sur les niveaux de fer dans les végétariens vivant en liberté sur une période de plusieurs années, il est impossible de savoir exactement ce qu’un régime végétarien pourrait faire à des niveaux de fer ou que l’augmentation des taux de carence en fer ou anémie un régime végétarien pourrait causer, le cas échéant.

    La carence en fer, avec ou sans anémie, peut altérer la fonction musculaire et la capacité de travail de fin de course. La performance a été montré pour améliorer avec la supplémentation en fer chez les athlètes qui sont une carence en fer, mais pas anémiques (42. 43).

    Le besoin moyen pour le fer peut être de 30% à 70% plus élevé pour ceux qui se livrent à régulière, intense exercice d’endurance, surtout en cours d’exécution. Ceci est dû à une augmentation de la perte de sang gastro-après, et la destruction des globules rouges pendant la course (1). Cela ne signifie pas nécessairement que la RDA pour les coureurs devrait être de 30 à 70% plus élevé que la RDA fournit un tampon au-dessus du besoin moyen de fer.

    Selon l’American College of Sports Medicine, "Les athlètes qui sont des donneurs de sang végétariens ou réguliers devraient viser un apport en fer supérieure à leur RDA respective," et "Les athlètes, en particulier les femmes, les coureurs de longue distance, les adolescents et les végétariens devraient être examinés périodiquement pour évaluer et surveiller l’état de fer." Ils ajoutent que cela est particulièrement vrai pendant l’adolescence et la grossesse (42).

    Conditions qui peuvent causer ou aggraver une carence en fer

    Toute maladie ou un médicament qui provoque des saignements, y compris interne, ou toute autre maladie du tube digestif, pourraient aggraver ou causer une carence en fer. Si vous avez un cas de carence en fer tenace, demandez à votre médecin considère ces conditions et les médicaments avant de supposer qu’il est tout simplement en raison d’un apport en fer faible ou une mauvaise absorption du fer végétal.

    Voici quelques conditions dignes de mention:

    La maladie cœliaque est la cause de certains cas d’anémie inexpliquée d’une carence en fer (10). La maladie cœliaque est une maladie dans laquelle le gluten (de blé, de l’orge, et le seigle) provoque une réaction auto-immune contre les cellules intestinales. Souvent, quelqu’un a une diarrhée sévère, des vomissements, et d’autres problèmes, mais d’autres fois la maladie coeliaque passe inaperçue. Il se produit dans environ 1 personne sur 133 aux Etats-Unis (10).

    Inhibiteurs de la pompe à protons

    Inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) sont largement prescrit pour traiter les maladies gastro-intestinales. La recherche a montré qu’ils peuvent causer de l’anémie ferriprive (16). Si vous prenez PPIs et constater que vous souffrez d’anémie, parlez-en à votre médecin au sujet d’un lien possible.

    Apport maximal tolérable

    Le tableau 3 indique le niveau tolérable supérieure d’admission (UL) pour le fer. Il est de 45 mg pour les adultes.

    Il est à craindre que des apports élevés en fer pourraient contribuer à la maladie chronique. En 2001, les recommandations de fer dernière fois ont été mis à jour par le Food and Nutrition Board (FNB), il n’y avait pas suffisamment d’informations pour fonder un UL sur ces préoccupations et ils ont utilisé la détresse gastro-intestinale pour déterminer l’UL.

    L’UL ne peut pas protéger les personnes atteintes d’hémochromatose héréditaire, l’alcoolisme chronique, la cirrhose alcoolique, ou d’erreurs innées du métabolisme du fer. L’UL est pas destiné aux personnes traitées pour une carence en fer sous surveillance médicale étroite.

    L’anémie ferriprive est habituellement traitée avec 100 à 200 mg / jour pendant 4 à 6 mois. Ces grandes quantités peuvent provoquer des nausées, la diarrhée ou la constipation, et ne doivent être pris sous les soins d’un médecin. La prise de suppléments avec de la nourriture peut souvent atténuer ces problèmes.

    surdosage en fer est une cause fréquente de décès chez les enfants empoisonner. Les symptômes de toxicité aiguë se produisent à l’apport de fer de 20-60 mg / kg de poids corporel, et la mort se produit à environ 200-250 mg / kg. surdosage en fer est une situation d’urgence parce que la gravité de la toxicité est liée à la quantité de fer absorbé ce qui augmentera avec le temps. Les symptômes peuvent se calmer, mais ensuite revenir 12 à 48 heures après l’ingestion.

    Fer et maladies chroniques

    L’hémochromatose est une maladie génétique qui se traduit par des gens absorbant trop de fer, ce qui entraîne des taux de ferritine très élevé de sérum. Les personnes atteintes d’hémochromatose peuvent souffrir d’une insuffisance cardiaque, une maladie du foie et d’autres problèmes. Cela a conduit à une préoccupation que les magasins haut de fer chez les personnes sans hémochromatose peuvent également causer des dommages à long terme, et certaines recherches tôt constaté que les taux de ferritine sérique élevés ont été associés à une maladie cardiaque. Parce que les végétariens ont généralement des niveaux de ferritine sérique inférieurs, il a été suggéré que les végétariens pourraient avoir un risque plus faible de maladie chronique sur la base de ces niveaux inférieurs.

    Depuis lors, il y a eu beaucoup de recherches sur l’association entre les apports en fer et les niveaux de fer stockées avec une maladie chronique (en l’absence de l’hémochromatose). Un résumé rapide est:

    • magasins haut de fer et des apports plus élevés de fer hémique sont associés à un risque plus élevé de diabète de type 2.
    • l’apport de fer hémique est associée au cancer du côlon, tandis que le fer non hémique est pas.
    • La supplémentation en fer de lt; 20 mg / jour n’a pas été associée au cancer du côlon (étudié chez les femmes).
    • les taux de ferritine sérique élevé de fer ne sont pas associés à une maladie cardiovasculaire ou de mortalité accrue.
    • saturation de la transferrine a été trouvé pour être associée à une mortalité de différentes manières et à différents niveaux, mais on ne sait pas pourquoi ou ce qui peut être fait à ce sujet.

    Plus de détails sont ci-dessous pour ceux qui sont intéressés à la façon dont ces conclusions ont été tirées.

    Moins de 1% des personnes d’ascendance nord-européenne sont homozygotes pour le gène de l’hémochromatose et ont une absorption anormalement élevée de fer qui peut commencer à causer des problèmes, en particulier pour les hommes, autour de 40 ans à 60. Si non traitée, l’hémochromatose peut entraîner la cirrhose du foie, du foie le cancer, l’insuffisance cardiaque, ainsi que d’autres problèmes. Les symptômes comprennent des douleurs articulaires, la fatigue, des douleurs abdominales, et l’impuissance. Les gens devraient parler à leur médecin au sujet de leurs facteurs de risque.

    Hémochromatose peut conduire à des niveaux de ferritine sérique gt; 300 ng / ml chez les hommes, 200-300 ng / ml chez les femmes ménopausées, et gt; 200 ng / ml chez les femmes préménopausées (52).

    Il est prouvé que les cellules bêta du pancréas qui produisent l’insuline, sont particulièrement sensibles à l’oxydation du fer en raison de leurs mécanismes de défense antioxydants faibles. A 2012 méta-analyse des études prospectives a constaté que les magasins plus élevés de fer (6 études) et des apports plus élevés de fer hémique (5 études) au départ étaient fortement associés à un risque plus élevé de diabète de type 2 (49). La consommation plus élevée de fer non hémique ne sont pas associés.

    Une étude transversale des Etats-Unis a révélé des niveaux de ferritine inférieurs chez les végétariens lacto-ovo (35 ug / l) que les mangeurs de viande (72 g / l). Les végétariens ont aussi une plus grande sensibilité à l’insuline. Après avoir donné saignées 6 mangeurs de viande mâles pour réduire leurs taux de ferritine, leur sensibilité à l’insuline a augmenté. Les auteurs suggèrent que les taux de ferritine inférieurs pourraient être une raison pour laquelle les végétariens avaient une plus grande sensibilité à l’insuline (48).

    Il est possible que la diminution du risque de diabète de type 2 chez les végétariens (voir diabète de type 2 et le régime végétalien), qui a été montré pour être indépendant de l’indice de masse corporelle, pourrait être partiellement expliquée par leurs réserves de fer inférieurs.

    De nombreuses études ont cherché une association entre les réserves de fer, les apports en fer, et le cancer du côlon, et les résultats ont été mitigés (31. 32. 33. 34). Une étude a révélé que la consommation élevée de fer a été associée au cancer du côlon que lorsqu’il est combiné avec un régime alimentaire riche en matières grasses (32).

    Les Nurses Health Study et professionnels de la santé Étude de suivi n’a trouvé aucune relation entre l’apport en fer ou des suppléments de fer et de risque de cancer colorectal. Les quintiles les plus élevés de l’apport en fer pour les hommes et les femmes étaient, respectivement, gt; 24,6 et gt; 22,7 mg / jour avec la médiane apport en fer supplémentaire à 10 et 15 mg / jour (35).

    Étude sur la santé des femmes de l’Iowa a analysé les niveaux de fer d’admission de supplément, des substrats fermentescibles (fibre, plus d’amidon résistant), et le cancer du côlon. Ils ont émis l’hypothèse que le milieu acide créé par les substrats fermentescibles au niveau du colon peut interagir avec les suppléments de fer, augmentant éventuellement le cancer du côlon. Les femmes qui prennent ≥ 50 mg / jour ont eu une augmentation significative du risque distal (mais pas proximale) du cancer du côlon si elles étaient également au-dessus de la médiane pour les substrats fermentescibles (26 g / jour). Suppléments de 1-19 mg / jour ne semble pas augmenter le risque (36).

    A la différence du fer total ou apports en fer non hémique, hème apport en fer a toujours été associé à un risque accru de cancer du côlon. A 2011 méta-analyse de 5 études de cohorte a révélé une augmentation significative et constante mais modeste du risque de cancer du côlon associée à une forte hème apport en fer, avec un risque de 1,18 (1.06- 1.32) pour les sujets dans la catégorie la plus élevée de fer hémique par rapport avec le plus bas (50). Les chercheurs ne croyaient pas qu’ils pouvaient séparer cette constatation de la consommation de viande rouge, mais croit qu’il existe des mécanismes plausibles pour suggérer qu’il est le fer hémique dans la viande rouge causant le cancer du côlon.

    Une méta-analyse des études d’observation (29) a constaté que les niveaux de 200 ug / l de ferritine sérique étaient ne pas associée à la maladie coronarienne par rapport à des niveaux inférieurs à 200 ug / l. Une revue systématique plus récente, l’association entre les réserves de fer et les maladies cardiovasculaires à mélanger, avec la majorité des études montrant pas d’association (4).

    Les dommages pourraient ne pas être causée par des niveaux de stockage élevés de fer, mais plutôt par des épisodes répétés d’exposition toxique qui ne seraient pas nécessairement évident dans les niveaux de ferritine sérique (30).

    La question est pas réglé, et il se peut que des niveaux légèrement supérieurs à 200 ug / l sont plus indicatives des dommages. Il se pourrait aussi que les tissus sont protégés contre les dommages oxydatifs par le fer lorsque le fer est lié aux protéines de stockage et de transfert.

    Mortalité et apport de fer

    Une étude prospective de 12 ans des États-Unis Santé nationale et Nutrition Examination Study (NHANES) II a examiné la relation entre l’apport en fer, saturation de la transferrine et la mortalité chez les personnes âgées de 30 à 70 ans au départ. Un apport élevé en fer conduit à un risque accru de mortalité quand, et seulement quand, il a été associé à une élévation de saturation de la transferrine. Haut vs faible apport en fer était ≤ 18 vs. gt; 18 mg / jour (40).

    Mortalité et fer Magasins

    Un rapport prospectif de NHANES II (33) n’a pas trouvé de relation pour la mortalité chez les hommes blancs, femmes blanches, ou des hommes noirs lorsque l’on compare les niveaux de 100-200 de ferritine sérique µg / l ou gt; 200 ug / l avec 50-100 µg / l.

    Dans un grand échantillon d’adultes américains sans hémochromatose et qui ne prenaient pas de suppléments de fer, de NHANES III, la ferritine sérique et de la saturation de la transferrine ne sont pas associés à la mortalité (37). Cependant, une autre analyse de la NHANES III limitée aux adultes de 50 ans et plus a révélé que plus saturation de la transferrine était associée à une plus faible toutes causes confondues et la mortalité cardiovasculaire chez les hommes et les femmes ménopausées. Les hommes ont également montré l’association inverse entre la saturation de la transferrine et de la mortalité par cancer (51). haute saturation de la transferrine était gt; 30 à 35% par rapport à lt; 15 à 18%. Aucune association avec la mortalité pour la ferritine sérique élevée a été trouvée dans NHANES III (37. 51).

    En utilisant les données de NHANES I, Mainous et al. (38) ont trouvé une saturation de transferrine est supérieur à 55% à être associé à un 60% plus grand risque de mortalité.

    En utilisant les données de NHANES II, Wells et al. (39) ont constaté ni taux élevé de LDL ou de saturation de la transferrine élevée (gt; 55%) à être associés de façon indépendante à la mortalité, mais lorsqu’il est combiné ont été fortement associées à la mortalité.

    1. Aliments et Nutrition Board, Institute of Medicine. Apports nutritionnels de référence pour la vitamine A, la vitamine K, l’arsenic, le bore, le chrome, le cuivre, iode, fer, manganèse, molybdène, nickel, silicium, Vanadium et Zinc. Washington, DC: National Academy Press, 2001.

    2. Seshadri S, Shah A, la réponse Bhade S. hématologique des anémiques enfants d’âge préscolaire à la supplémentation en acide ascorbique. Hum Nutr Appl Nutr. 1985 avril; 39 (2): 151-4. (Lien )

    3. Groff J, Gropper S. Nutrition avancée et métabolisme humain, 3e éd. Wadsworth: 2000.

    4. Zegrean M. Association des réserves de fer du corps avec le développement des maladies cardiovasculaires dans la population adulte: une revue systématique de la littérature. Can J Cardiovasc Nurs. 2009; 19 (1): 26-32. | Lien

    5. Mangels R. "Mise à jour sur la nouvelle DRI" Végétarien Nutrition Update Sum 2001; 10 (4): 1-7.

    6. Craig WJ. état de fer des végétariens. Am J Clin Nutr. 1994 May; 59 (5 Suppl): 1233S-1237S.

    7. Hua NW, Stoohs RA, Facchini FS. statut en fer faible et une meilleure sensibilité à l’insuline chez les végétariens lacto-ovo. Br J Nutr. 2001 octobre; 86 (4): 515-9.

    8. Position de l’American Dietetic Association et Les diététistes du Canada: Vegetarian Diets J Am Diet Assoc. 2003 juin; 103 (6): 748-65.

    9. Quintaes KD, JA Farfan, Tomazini FM, Morgano MA, de Almeyda Hajisa NM, Neto JT. Migration minérale et influence de la préparation des repas dans Iron Cookware sur le statut de fer nutritionnel des élèves végétarien. Écologie de l’alimentation et la nutrition. 2007; 46: 125-141.

    10. Niewinski MM. Les progrès de la maladie cœliaque et régime sans gluten. J Am Diet Assoc. 2008 Avr; 108 (4): 661-72.

    12. Sharma DC, Mathur R. Correction de la carence en fer anémie et chez les végétariens par administration d’acide ascorbique. Indian J Physiol Pharmacol. 1995 octobre; 39 (4): 403-6. PMID: 8582755. (résumé seulement)

    13. Siegenberg D, Baynes RD, Bothwell TH, Macfarlane BJ, Lamparelli RD, Voiture NG, MacPhail P, Schmidt U, Tal A, Mayet F. L’acide ascorbique empêche la dose des effets inhibiteurs dépendants des polyphénols et des phytates sur l’absorption nonheme-fer. Am J Clin Nutr. 1991 février; 53 (2): 537-41. PMID: 1989423.

    14. Hurrell RF, Reddy M, Cook JD. L’inhibition de la non-héminique l’absorption du fer chez l’homme par des boissons contenant polyphénoliques. Br J Nutr. 1999 avril; 81 (4): 289-95. PubMed PMID: 10999016. | lien

    16. Sarzynski E, Puttarajappa C, Xie Y, Grover M, Laird-Fick H. Association entre la pompe à protons utilisation d’inhibiteur et de l’anémie: une étude de cohorte rétrospective. Creusez Dis Sci. 2011 Août; 56 (8): 2349-53. (Résumé) | lien

    17. Gorczyca D, Prescha A, Szeremeta K, Status Jankowski A. Fer et diététique de fer La prise de végétarienne Enfants de Pologne. Ann Nutr Metab. 2013 Jul 25; 62 (4): 291-297. [Epub ahead of print] | lien

    18. Verdon F, Burnand B, Stubi CL, Bonard C, Graff M, Michaud A, T Bischoff, de Vevey M, Studer JP, Herzig L, C Chapuis, Tissot J, Pécoud A, la supplémentation en fer Favrat B. fatigue inexpliquée chez les femmes non anémiques: double aveugle randomisé contrôlé par placebo. BMJ. 2003 Mai 24; 326 (7399): 1124. | lien

    19. Bruner AB, Joffe A, Dμggan AK, Casella JF, J. Brandt Etude randomisée des effets cognitifs de la supplémentation en fer chez les adolescentes carence en fer sans anémie. Lancette. 1996 12 octobre; 348 (9033): 992-6. | lien

    20. Complément alimentaire Fiche d’information: Fer. Bureau des suppléments diététiques. National Institutes of Health. 2007. Consulté 11/14/2011. | lien

    21. Davey GK, Spencer EA, Appleby PN, Allen NE, Knox KH, Key TJ. EPIC-Oxford: caractéristiques de style de vie et les apports nutritionnels dans une cohorte de 33 883 mangeurs de viande et 31 546 mangeurs de viande non au Royaume-Uni. Nutr santé publique. Mai 2003; 6 (3): 259-69. | lien

    22. Haddad EH, Berk LS, Kettering JD, Hubbard RW, Peters WR. L’apport alimentaire et biochimique, hématologique, et l’état immunitaire des végétaliens par rapport aux non-végétariens. Am J Clin Nutr. 1999 septembre; 70 (3 Suppl): 586S-593S. | lien

    23. Alexander D, Boule MJ, l’apport Mann J. éléments nutritifs et le statut hématologique des végétariens et âge-sexe omnivores appariés. Eur J Clin Nutr. 1994 Aμg; 48 (8): 538-46. | lien

    25. Harvey LJ, Armah CN, Dainty JR, Foxall RJ, John Lewis D, Langford NJ, Fairweather-Tait SJ. Impact de la perte de sang menstruel et de l’alimentation sur la carence en fer chez les femmes au Royaume-Uni. Br J Nutr. Oct 2005; 94 (4): 557-64. | lien

    26. Reddy S, Sanders TA. Des études hématologiques sur les végétariens indiens et caucasiens pré-ménopausées comparés aux omnivores caucasiennes. Br J Nutr. 1990 septembre; 64 (2): 331-8. | lien

    27. Worthington-Roberts BS, Breskin MW, Monsen ER. le statut de fer des femmes préménopausées dans une communauté universitaire et sa relation avec les sources alimentaires habituelles de protéines. Am J Clin Nutr. 1988 février; 47 (2): 275-9. | lien

    28. Wells BJ, Mainous AG 3e, Roi DE, Gill JM, Carek PJ, Geesey ME. L’effet combiné de saturation de la transferrine et de lipoprotéines de faible densité sur la mortalité. Fam Med. 2004 Mai; 36 (5): 324-9. | lien

    29. Danesh J, maladie cardiaque coronaire Appleby P. et le statut de fer: méta-analyses d’études prospectives. Circulation. 23 février 1999; 99 (7): 852-4. | lien

    30. Bois RJ. La connexion de la maladie de fer coeur: est-il mort ou tout simplement se cacher? Vieillissement Res Rev 2004 juillet; 3 (3): 355-67. | Lien

    31. Wurzelmann JI, Silver A, Schreinemachers DM, Sandler RS, Everson RB. L’apport en fer, et le risque de cancer colorectal. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 1996 juillet; 5 (7): 503-7. | lien

    32. Kato I, Dnistrian AM, Schwartz M, Toniolo P, Koenig K, Shore RE, Zeleniuch-Jacquotte A, Akhmedkhanov A, l’apport Riboli E. Fer, les réserves de fer du corps et le risque de cancer colorectal chez les femmes: une étude cas-témoins nichée . Int J Cancer. 1999 1 mars; 80 (5): 693-8. | lien

    33. Sempos CT, Looker AC, Gillum RE, McGee DL, Vuong CV, Johnson CL. La ferritine sérique et la mort de toutes les causes et les maladies cardiovasculaires: l’étude de la mortalité NHANES II. Santé nationale et Nutrition Examination Study. Ann Epidemiol. 2000 octobre; 10 (7): 441-8. | lien

    34. Kabat GC, Miller AB, Jain M, Rohan TE. Une étude de cohorte de fer et de l’hème apport en fer alimentaire et le risque de cancer colorectal chez les femmes. Br J Cancer. 2007 2 juillet; 97 (1): 118-22. Epub 2007 Juin 5. Erratum in: Br J Cancer. 2007 3 décembre; 97 (11): 1600. | lien

    35. Zhang X, Giovannucci EL, Smith-Warner SA, Wu K, Fuchs CS, Pollak M, Willett WC, Ma J. Une étude prospective de l’apport de zinc et de fer hémique et le risque de cancer colorectal chez les hommes et les femmes. Cancer Causes Control. 2011 Sep 11. [Epub ahead of print] | lien

    36. Lee DH, Jacobs Jr DR, Folsom AR. Une hypothèse: l’interaction entre l’apport de fer supplémentaire et la fermentation qui affecte le risque de cancer du côlon. Étude sur la santé des femmes de l’Iowa. Cancer Nutr. 2004; 48 (1): 1-5. | lien

    37. Menke A, Muntner P, Fernández-Real JM, Guallar E. L’association des biomarqueurs de l’état de fer avec la mortalité chez les adultes américains. Nutr Metab Cardiovasc Dis. Fév 2011 15. [Epub ahead of print] | lien

    38. Mainous AG, Gill JM, Carek PJ. Elevated saturation de la transferrine sérique et de la mortalité. Ann Fam Med 2004; 2: 133e8. | lien

    39. Wells BJ, Mainous AG 3e, Roi DE, Gill JM, Carek PJ, Geesey ME. L’effet combiné de saturation de la transferrine et de lipoprotéines de faible densité sur la mortalité. Fam Med. 2004 Mai; 36 (5): 324-9. | lien

    40. Mainous AG 3e, Wells B, Carek PJ, Gill JM, Geesey ME. Le risque de mortalité élevée de saturation et de la consommation du fer alimentaire transferrine sérique. Ann Fam Med. 2004 Mar-Apr; 2 (2): 139-44. | lien

    41. Hua NW, Stoohs RA, Facchini FS. statut en fer faible et une meilleure sensibilité à l’insuline chez les végétariens lacto-ovo. Br J Nutr. 2001 octobre; 86 (4): 515-9. | lien

    42. American Dietetic Association; Les diététistes du Canada; American College of Sports Medicine, Rodriguez NR, Di Marco NM, Langley S. American College of Sports Medicine support de position. Nutrition et la performance athlétique. Med Sci Sport exerc. 2009 Mar; 41 (3): 709-31. | lien

    43. Lukaski HC. Vitamines et minéraux statut: effets sur la performance physique. Nutrition. 2004 Jul-Aμg; 20 (7-8): 632-44. La revue. | lien

    44. Hunt JR, Roμghead ZK. absorption non héminique-fer, l’excrétion fécale ferritine et indices sanguins du statut en fer chez les femmes consommant des régimes contrôlés lactoovovegetarian pendant 8 semaines. Am J Clin Nutr. 1999 May; 69 (5): 944-52. | lien

    45. Cuire JD, Dassenko SA, Lynch SR. Évaluation du rôle de la disponibilité nonheme-fer dans l’équilibre de fer. Am J Clin Nutr. 1991 octobre; 54 (4): 717-22. | lien

    46. ​​Rushton DH. Les facteurs nutritionnels et la perte de cheveux. Clin Exp Dermatol. 2002 juillet; 27 (5): 396-404. | lien

    47. Collings R, Harvey LJ, Hooper L, Hurst R, Brown TJ, Ansett J, le roi M, Fairweather-Tait SJ. L’absorption du fer des régimes entiers: une revue systématique. Am J Clin Nutr. 2013 29 mai | lien

    48. Hua NW, Stoohs RA, Facchini FS. statut en fer faible et une meilleure sensibilité à l’insuline chez les végétariens lacto-ovo. Br J Nutr. 2001 octobre; 86 (4): 515-9. | lien

    49. Bao W, Rong Y, Rong S, Liu L. apport en fer alimentaire, les réserves de fer du corps, et le risque de diabète de type 2: une revue systématique et méta-analyse. BMC Med. 2012 oct 10; 10: 119. | lien

    50. Bastide NM, Pierre FH, Corpet DE. Le fer hémique de la viande et le risque de cancer colorectal: une méta-analyse et un examen des mécanismes impliqués. Cancer Prev Res (Phila). Fév 2011; 4 (2): 177-84. | lien

    51. Kim KS, Son HG, Hong NS, Lee DH. Les associations de ferritine sérique et transferrine% de saturation avec toutes causes confondues, le cancer et la mortalité des maladies cardiovasculaires: étude de suivi Nutrition Examination Survey Troisième Santé nationale et. J Prev Med la santé publique. 2012 Mai; 45 (3): 196-203. | lien

    52. hémochromatose (maladie de stockage du fer). Centres pour le Contrôle et la Prévention des catastrophes. lien. Consulté le 12 Juin 2013.

    53. Vaucher P, Druais PL, Waldvogel S, Favrat B. Effet de la supplémentation en fer sur la fatigue chez les femmes menstruées anémiques avec un faible ferritine: un essai contrôlé randomisé. JAMC. 2012 Aug 7; 184 (11): 1247-1254. | lien

    54. Anderson J, Fitzgerald C. Fer: un nutriment essentiel. Colorado State University Extension. Fiche n ° 9,356. Révisé 6/10. | lien

    RELATED POSTS

    Laisser un commentaire