Coiffures – – Femmes cosmétiques …

Coiffures - - Femmes cosmétiques ...

Femmes&Coiffures; # 8217 &# 038; Cosmétiques du 18ème siècle: France &# 038; Angleterre, 1750-1790

Cheveux 18ème siècle & Perruque Styling: acheter le livre!

Tout comme les modes changent, de même faire des styles dans les coiffures et les cosmétiques. La seconde moitié du 18ème siècle est une époque particulièrement identifié avec les cheveux et le maquillage, car ceux-ci sont devenus ces puissants symboles de l’aristocratie au siècle des Lumières et la Révolution française. France et (dans une moindre mesure) l’Angleterre étaient les leaders de la mode de cette époque, et il est de ces pays que cet article cherche à identifier l’évolution des tendances dans les cheveux et le maquillage.

la mode .

Marie-Antoinette&la toilette de, son coiffeur et ses assistants debout avec des plumes prêtes à habiller ses cheveux, par Jacques-Fabien Gautier d; # 8217&# 8217; Agoty, 1775. Wikimedia Commons

Coiffure et l’application de produits cosmétiques ont une fonction particulièrement importante en France. le toilette. ou dressing, était une cérémonie quotidienne dans laquelle les personnes importantes étaient habillés (y compris les cheveux de style et de la cosmétique appliquée) devant un public choisi; il était la version féminine de la levier. Alors que le rituel a été créé par Louis XIV et est associé à la royauté, l’aristocratie et même les membres des classes bourgeoises ont tenu leurs propres cérémonies de pansement du matin devant un public limité.

Coiffures

Plaque de Diderot&L’Encyclopédie de; # 8217. La Mesure de l&# 8217; Excellence

Le 18ème siècle est particulièrement associée à perruques. mais ceux-ci ont été principalement portés par les hommes dans la période. Perruques ont été introduits dans le 17ème siècle, lorsque le roi Louis XIII de France (1610-1643), qui avait laissé ses cheveux pousser longtemps, a commencé à chauve prématurément à l’âge de 23 ans Courtisans ont été prompts à imiter la mode, qui se propagent à Angleterre pendant la période de la Restauration de Charles II (1660-années 80). Au fil du temps, les styles spécifiques de perruque ont commencé à être associée à diverses professions, et donc considéré de rigeur pour les hommes des classes moyennes et supérieures. En 1673, la guilde des perruquiers un indépendant a été créé en France; par la fin du 18e siècle, le nombre de perruquiers maîtres français avait plus que quadruplé.

Cependant, les femmes portaient rarement des perruques entières. coiffeurs professionnels Au lieu de cela, ils plus engagés (coiffeurs ) Qui a ajouté de faux cheveux pour leurs cheveux naturels. Alors qu’ils étaient censés augmenter leurs propres cheveux avec des cheveux faux, rembourrage, de la poudre, et les ornements, les cheveux des femmes était censé rester «naturel» en évitant les artifices de gros de perruques des hommes.

Coiffeurs Curling Femme&Hair, Charles Catton, 1780; # 8217

À la fois femmes et hommes en poudre leurs cheveux ou une perruque tout au long des 17e et 18e siècles. Poudrage a été introduit lorsque le roi de France Henri IV (1589-1610) a utilisé la poudre noire sur ses cheveux grisonnants. poudre de cheveux a été utilisé principalement comme dégraissant. perruques aux cheveux blancs étaient populaires parce qu’ils étaient chers et rares, et donc les hommes et les femmes ont commencé (au début du 18ème siècle) à utiliser une poudre blanche pour colorer leurs perruques et les cheveux, car il était moins destructeur que colorant.

poudre de cheveux a été faite à partir d’une variété de matériaux, de la qualité les plus pauvres dans le maïs et la farine de blé, à la meilleure qualité en amidon finement broyé et tamisé. Il était généralement blanche, mais il pourrait aussi être brun, gris, orange, rose, rouge, bleu ou le violet. Il est important de noter que l’application de la poudre blanche sur les cheveux foncés produit des nuances de gris clair à gris foncé, ne pas le blanc du papier vu dans des films et des perruques de costume. Poudre blanche appliquée sur les cheveux très léger produit un effet blond accrue. Poudre a été appliqué avec un soufflet (le powderee étant recouvert d’un masque en forme de cône et sarrau de tissu), avec une bouffée d’touchups et un couteau pour l’enlèvement.

Portrait d’une Anglaise par Henry Pickering montrant les styles simples portés en Angleterre, 1740 ou 1750

Les cheveux presque toujours courbé, agité, ou frisés avant de les coiffer, afin de créer une texture. Styling a été réalisée avec des peignes et des fers à friser, tenues avec des épingles, et vêtu de pommade. Lorsque la hauteur a été souhaitée, il a été élevé au-dessus de tampons en laine, le remorquage, le chanvre, les cheveux coupés, ou d’un fil.

En regardant la période 1750-1790, l’ensemble des femmes&# 8217; coiffures en France et en Angleterre sont relativement similaires. Dans les années 1750, les femmes anglaises ont tendance à porter des styles plus simples que les Françaises, mais par les années 1770 les deux nationalités sont remarquablement similaires. Le contraste majeur vu dans le portrait est l’utilisation omniprésente près de poudre blanche par les Françaises pendant toute la période, tandis que les Anglaises sont rarement représentés portant la poudre jusqu’à ce que les années 1770.

Coiffures de la 1750s étaient généralement de petite taille et à proximité de la tête. Cheveux a été porté en boucles souples ou des vagues, avec peu ou pas de hauteur. La plupart des Françaises en poudre leurs cheveux avec de la poudre blanche; Les Anglaises ont quitté généralement leurs cheveux poudrés. À l’arrière, les cheveux ont été généralement disposés en petites boucles, une torsion ou une tresse (porté épinglés à la tête, ne pas accrocher vers le bas), ou tiré vers le haut en douceur.

Portrait d’une Française par Jean-Etienne Liotard montrant la tête de mouton coiffure, 1750s

le tête de mouton (ou &# 8220; moutons&la tête; # 8217&# 8221;) style était particulièrement populaire en France dans les années 1750 et au début des années 1760. Il a comporté des torsions de boucles qui ont été disposées en rangées sur le devant et le dessus de la tête, et en général a été défini en poudre.

Ornements inclus quelques petits rubans, perles, bijoux, fleurs, ou des épingles décoratives de style ensemble et appelé pom pom (Appelé après Mme de Pompadour, la célèbre maîtresse de Louis XV).

Queen Charlotte d’Angleterre porte ses cheveux poudrés, inhabituellement donc pour cette époque, dans l’œuf-forme typique des années 1760, dans un portrait officiel par Nathaniel Danse-Holland 1769

C’est dans le 1760 que les coiffures mettant en vedette la hauteur ont commencé à apparaître. Cette hauteur est généralement égale à environ 1/4 à 1/2 de la longueur de la face, et est généralement de style en forme d’œuf. Encore une fois, les Françaises ont tendance à poudre leurs cheveux; Anglaises semblent avoir laissé les cheveux poudrés.

Au milieu de Latran1770. cheveux énorme est devenu à la mode. La hauteur de ces styles est généralement d’environ 1 à 1 1/2 fois la longueur de la face, et a été dessiné dans ce qui a été considéré comme une forme de pyramide (il semble également très semblable à un ballon à air chaud).

L’actrice française Mlle de Luzy vêtue d’une haute coiffure, 1776. Notez le dos de ses cheveux dans le miroir. collection personnelle

Cette haute coiffure a été créée à l’aide tuques (ou «coussins») qui ont été faites de tissu ou de liège et en forme de coeur ou une lance. Il a été fixé au sommet de la tête, puis les cheveux naturels et faux était recroquevillé, agité, ou frisés et empilés sur et autour du coussin. Ces coiffures élaborées pourraient être portés pendant des jours ou des semaines à la fois. Mary Frampton rappelé plus tard,

« À ce moment-là [1780] tout le monde portait poudre et pommade; un grand chose triangulaire appelé un coussin, dont les cheveux sont frisés avec trois ou quatre énormes boucles de chaque côté; plus la pyramide de cheveux, de la gaze, des plumes, et autres ornements a été effectuée le plus à la mode, on pensait, et telle était la main-d’œuvre employée à l’arrière du tissu que bonnets de nuit ont été faites en proportion et couverts sur les cheveux, immensément longues épingles noires, double et simple, poudre, pommade et tout est prêt pour le lendemain. Je pense que je me souviens d’avoir entendu que vingt-quatre grandes épingles étaient nullement un nombre inhabituel d’aller au lit avec sur la tête «  (1780).

. des migraines. etc. Ornements inclus beaucoup de rubans, perles, bijoux, fleurs, plumes, ainsi que des navires, des volières, et d’autres articles qui évoquent le thème. En 1774, la duchesse de Devonshire a créé une sensation quand elle a introduit des plumes d’autruche dans ses cheveux.

boucles latérales inclinées vers le retour vers le haut de la chevelure. Les cheveux en arrière était généralement de style dans une queue de cheval ou tresse en boucle-up. boucles longues ont souvent été laissées en suspens à la nuque. styles français ont souvent un supplément &# 8220; bump&# 8221; à l’avant de la chevelure, juste au-dessus du front. Dans cette période, à la fois française et anglaises habituellement en poudre leurs cheveux.

Marie-Antoinette portant le, de pouf transitoire inférieure de 1779-1781 par Louis-Simon Boizot 1781

En 1775, la reine Marie-Thérèse d’Autriche-Hongrie a écrit à sa fille Marie-Antoinette,

« De même, je ne peux pas aider mais toucher sur un point que beaucoup de papiers me répéter trop souvent: il est la coiffure que vous portez. Ils disent que des racines, il mesure 36 pouces de haut et avec toutes les plumes et rubans qui retiennent tout cela jusqu’à! Vous savez que je suis toujours d’avis que l’on devrait suivre la mode modérément, mais jamais le porter à l’excès. Une jolie jeune reine pleine de charmes n’a pas besoin de toutes ces folies. Bien au contraire. Une coiffure simple lui convient mieux et est plus approprié pour une reine. Elle doit donner le ton, et tout le monde se dépêcher de suivre vos moindres erreurs&# 8230; « 

&# 8220; Il est vrai que je suis un peu occupé par ma coiffure, et comme pour les plumes, tout le monde les porte, et il aurait l’air extraordinairement hors de ne pas «  (Cité dans Hosford).

Au cours de 1779-1781, la forme des cheveux a commencé à devenir plus rond et la hauteur a commencé à diminuer. Cette forme inférieure du pouf tendait à être porté avec des boucles latérales plus gros que précédemment.

Maria Fitzherbert portant le style typique du milieu à la fin des années 1780, par Thomas Gainsborough (en anglais), 1784. San Francisco Légion d’Honneur

la reine. dans la peinture célèbre vilipendé par Louise Elisabeth Vigée-Le Brun. Cependant, la coiffure peut être vu environ un an ou deux plus tôt. L’intérêt croissant dans ce qui était considéré de façon «naturelle», provoquée par les Lumières, a créé ce qui était considéré comme un style plus «naturel» dans le 1780. Les cheveux coupés court pour former un grand halo bouclés ou crépus autour de la tête, ce qui était plus large que haut. Un petit écheveau de cheveux beaucoup plus, soit à gauche, droite, en boucles, ou tressé, accroché sur le dos ou a été porté en boucle vers le haut. Ces styles peuvent encore être très grand, et de faux cheveux continué à être utilisé pour remplir les cheveux naturels d’une femme.

Conformément à cet aspect plus «naturel», poudrage a commencé à tomber en disgrâce, mais il semble encore fréquemment dans les peintures et les gravures de mode. Powder est tombé définitivement hors de la mode en France avec la Révolution de 1789; en Angleterre, il est resté assez populaire qu’il a été imposé en 1795 pour amasser des fonds pour la guerre contre les Français (bien que cette taxe a été le coup de la mort finale). Conformément à l’ambiance de la période, l’ornementation est devenu plus restreint, généralement un ruban, ou quelques plumes, des fleurs ou des bijoux.

Produits de beauté

La marquise de Pompadour applique rouge avec une brosse, François Boucher (français), 1758. Wikimedia Commons

la mode. et ont été adoptées aussi bien par ceux qui essayaient d’augmenter dans le statut social ou à la mode. Maquillage ne vise pas à l’air naturel – en fait, il a été appelé « peinture » &# 8212; mais plutôt, « … pour représenter son identité aristocratique déclarative que possible par l’artifice cosmétique&# 8221; (Hyde). Les femmes et les hommes ont montré leur respectabilité et la classe à travers la peau blanche, et le maquillage lourd a été considéré comme plus respectable que la peau naturellement la lumière.

Cosmétiques ont également des objectifs pratiques – leur utilisation a créé ce qui a été considéré comme un visage attrayant, et ils pourraient masquer les effets de l’âge, les taches, la maladie, ou le soleil.

Dauphine Marie-Josephe de Saxe porte lourde maquillage tribunal français, Liotard (France), 1751. Wikimedia Commons

En France, presque toutes les femmes aristocratiques portaient cosmétiques (reine démodée de Louis XV Marie Leszcynska était l’un des rares qui n’a pas). En fait, la peinture du visage était un élément clé du public toilette. la cérémonie informelle où une femme aristocratique habillé son visage et les cheveux devant un public d’élus. femmes de l’aristocratie française portaient des couches épaisses de peinture blanche, de grandes traînées de rouge, et des taches de beauté (Mouches ).

aurait également porté les cosmétiques (mais peut-être pas aussi fortement). Cosmétiques ont baissé en prix et augmenté en disponibilité au cours du siècle, et ont été encore plus souvent faits à la maison par le moins bien à faire. Les classes moyennes ont tendance à préférer des tons de rose au lieu de rouge, et rouge appliqués dans les modèles circulaires plutôt que des stries.

Dans les années 1760, les cosmétiques ont été de plus en plus dans une telle popularité que coiffeuses (sets de table de vanité) ont commencé à être fortement annoncés et vestiaires ont été construits face au nord pour la meilleure lumière. En 1781, les Françaises utilisé environ deux millions de pots de rouge par an.

La duchesse d’Argyll porte cosmétiques très naturalistes &# 8211; rouge léger, peut-être blanc maquillage du visage &# 8211; dans ce portrait par Allan Ramsay, 1760. WikiPaintings

Un examen du portrait montre que les Anglaises étaient moins susceptibles de porter évident cosmétiques que les Françaises dans les années 1750-années 60 (en d’autres termes, ils portaient des cosmétiques, mais avec un look plus naturel) – mais par les années 1770 des années 80, et les Anglaises Françaises portaient des quantités presque identiques de cosmétiques. Dans les années 1780, une utilisation intensive de produits cosmétiques a diminué avec la tendance croissante d’un look plus «naturel».

Les principaux aspects de la aspect esthétique du 18ème siècle étaient un teint quelque part entre, les joues rouges et blanches pâles dans une grande forme circulaire (en particulier pour l’usure française du tribunal) ou triangle à l’envers, et les lèvres rouges. Il y avait deux principaux cosmétiques portés par la plupart des femmes et des hommes: blanc et rouge .

Brillant peinture de visage blanc a été appliquée sur l’ensemble du visage et les épaules. Les maquillages blancs les plus populaires utilisés sur le visage ont été faites de plomb, qui était populaire pour son opacité, malgré la connaissance de l’empoisonnement au plomb. Kitty Fisher, une célèbre beauté anglaise, est mort à 23 ans (en 1767) à partir de l’empoisonnement au plomb. Blanc pourrait également être fabriqué à partir de bismuth ou du vinaigre. Veines pourraient être tracées au crayon bleu pour souligner la blancheur de la peau.

Actrice anglaise Elizabeth Linley par Gainsborough 1775.

makeups rouges ont été faites de vermillon (sol à partir du cinabre et y compris le mercure) ou creuse (faite en exposant des plaques de plomb à la vapeur de vinaigre); les deux sont toxiques. sources végétales pour rouge inclus carthame, résine de bois, bois de santal, et Pernambouc. Ceux-ci seraient mélangés avec des graisses, des crèmes ou des vinaigres pour créer une pâte. dames de la cour portaient rouge sur le des joues dans de larges étendues du coin de l’œil vers le coin des lèvres. Bourgeois et de la noblesse provinciale portaient plus propre, dabs circulaire au centre de la joue pour mettre en évidence les yeux et la blancheur de la peau.

Lèvres pourrait être rougie avec de l’alcool ou de vinaigre distillé. Au milieu du siècle, pommades rouge (certains dans des formes de bâton) pour les lèvres ont été vendus. Les nuances de rouge visibles sur les lèvres variées entre le rose et le corail, parfois virant en bourgogne.

Les yeux parfois eu un peu de couleur rougeâtre autour d’eux, probablement causée par contraste avec le maquillage blanc ou une réaction à la tête de blanc. mais étaient par ailleurs laissé à nu. Les sourcils ont été demi-lune en forme avec des extrémités effilées, et pourrait être obscurci avec kohl, sureau, liège brûlé, ou lampblack (suie des lampes à huile). les hommes et les femmes de la Cour parfois arrachés et peint leurs sourcils, ou parfois portaient des faux sourcils en fourrure de la souris.

Dame à sa toilette par François Boucher

patchs de beauté (&# 8220; Mouches&# 8221;) (en velours de soie, satin ou taffetas et attaché avec de la colle) faisaient partie d’un regard formel et / ou aristocratique. Leur hauteur de la popularité était au 17ème siècle, mais ils ont continué encore être porté au 18ème siècle. Ils étaient destinés à accroître le contraste avec la peau blanche. Il y avait de nombreuses tailles et formes, portés dans différentes positions avec des significations supposées. En Angleterre, ils ont pris une signification politique, avec des partisans de whigs et tories portant des taches sur les côtés opposés de la face. De temps en temps, les patchs peuvent être portés ensemble dans la conception, comme des arbres ou des oiseaux sur la joue de front.

dans le 1750s-60s. Françaises portaient généralement un regard extrêmement artificiel, avec des produits cosmétiques utilisés massivement et évidemment. Le visage était extrêmement pâle, avec rouge appliquée dans les grands cercles, ronds sur les joues. Les yeux ont été laissés nus, parfois avec des sourcils sombres, et les lèvres étaient rouge. En revanche, les Anglaises en général est apparu quelque peu naturaliste, avec des produits cosmétiques utilisés avec parcimonie et discrètement. Le visage était pâle, mais pas extrême, avec l’option de rouge appliqué dans une forme triangulaire à l’envers, des pommettes presque à la mâchoire (similaire à la façon dont naturellement les femmes pâles flush). Les yeux étaient nus, et les lèvres étaient rouge.

La comtesse de Bavière-Grosberg porte blanche maquillage pour le visage, forte lèvre et la joue rouge, et peut avoir obscurci les sourcils, dans ce portrait par Alexandre Roslin, 1780. Wikimedia Commons

dans le Années 1770-années 80. Et Françaises Anglaises ont suivi la même apparence: un peu artificielle, avec des produits cosmétiques portés lourdement et évidemment, mais pas aussi extrême comme en France au milieu du siècle. Le visage était pâle, mais moins très blanc, avec rouge appliquée dans la forme triangulaire à l’envers. Les yeux étaient nus, parfois avec des sourcils sombres, et les lèvres étaient rouge.

Bibliographie

Bender, A. &# 8220; Assistants de beauté: Cosmétiques dans les Rococo et Empire Eras.&# 8221; La Couturiere Parisienne: http://marquise.de/en/1700/kosmetik.shtml

Corson, Richard. Fashions dans les cheveux, les cinq premiers mille ans. Chester Springs, PA: Dufour Editions, 2001.

Corson, Richard. Fashions dans le maquillage, de l’Antiquité à l’époque moderne. Chester Springs, PA: Dufour Editions, 2003.

Degalan, Aimée Marcereau. « Céruse or Dead White? Pratiques dangereuses Beauté du dix-huitième siècle, l’Angleterre « . Bulletin de Detroit Institute of Arts 76 (1/2) 2002: 38-49.

Festa, Lynn. « Différences cosmétiques: Les visages de l’Angleterre et de la France. » Studies in Eighteenth-Century Culture 34 2005: 25-54.

Festa, Lynn. &# 8220; effets personnels: Perruques et possessif Individualisme dans le long dix-huitième siècle.&# 8221; Dix-huitième siècle Vie 29 (2) 2005: 47-90.

Frampton, Mary. Le Journal de Mary Frampton: De l’année 1779, jusqu’à l’année 1846 . S. Low, Marston, Searle, & Rivington 1885.

Gayne, Mary K. &# 8220; Wigmaking illicite des dix-huitième siècle à Paris.&# 8221; Dix-huitième siècle Études 38 (1) 2004: 119-137.

Hosford, Desmond. « Cheveux de la Reine Marie-Antoinette, Politique, et l’ADN. » Dix-huitième siècle Études 38 (1) 2004: 183-200.

Hyde, Melissa. « Le ‘Makeup’ de la marquise: Portrait de Boucher de Pompadour à sa toilette. » The Art Bulletin 82 (3) 2000: 453-475.

Kwas, Michael. &# 8220; Big Hair: Une histoire de la consommation en France du XVIIIe siècle.&# 8221; American Historical Review 111 (3) 2006: 630-659.

Martin, Morag. &# 8220; Doctoring beauté: le contrôle médical de Toilettes pour femmes en France, 1750-1820.&# 8221; Antécédents médicaux 49 2005: 351-368.

Martin, Morag. Vente Beauté: Cosmétiques, commerce, et la société française, 1750-1830. Baltimore: Johns Hopkins University Press, 2009.

Palmer, Caroline. &# 8220; Cheek Brazen: Face-à-Peintres en fin du XVIIIe siècle, en Angleterre.&# 8221; Oxford Art Journal 31 (2) 2008: 195-213.

Powell, Margaret K. &# 8220; Big Hair.&# 8221; Dix-huitième siècle Études 31 (1) 2004: 79-99.

Rauser, Amelia. &# 8220; cheveux, Authenticité, et Macaroni Self-Made.&# 8221; Dix-huitième siècle Études 38 (1) 2004: 101-117.

Ribeiro, Aileen. Le visage féminin dans la collection britannique de la Tate, 1569-1876. Londres: La [Tate] Galerie 1987.

Weber, Caroline. Reine de la Mode: Qu’est-ce que Marie-Antoinette Wore à la Révolution. New York: H. Holt 2006.

Williams, Neville. Poudre et Peinture: Une histoire de la toilette de l’Anglaise, Elizabeth I – Elizabeth II. Londres, New York: Longmans, Green, 1957.

Répondre Mark T. Septembre 7, 2012 at 14:01

Ce sont d’excellentes informations!

Je suis curieux de savoir pourquoi les femmes voudraient poudre leur cheveux gris, ce qui les rendrait paraître plus vieux. je&# 8217; ai vu des portraits de jeunes femmes et même les jeunes filles des années 1700 et ils ont grisés ou blanchies leurs cheveux quand ils ont manifestement pas besoin. Pas tout le monde a bien sûr. Etait-ce une convention sociale pour une classe sociale? Est-ce une déclaration sur les femmes dans les Lumières? Le mouvement de salon? Avec toute l’imagerie et le sens caché peint en portraits à l’époque, sûrement ces cheveux gris un peu de sens.

Mark: Ce que je&# 8217; avez trouvé est la suivante: lorsque les gens ont commencé à porter des perruques, les cheveux gris / blanc était le plus difficile à trouver et donc coûteux, ce qui a conduit à ce qu’il soit recherché, ce qui a conduit à ce qu’elle soit à la mode (fin du 17e s.)! Cependant, les cheveux a continué à être difficiles à trouver, afin que les gens ont commencé à utiliser une poudre blanche (à l’origine, la poudre a été utilisé comme dégraissant, puis les gens ont commencé la réalisation, vous pouvez changer les couleurs avec elle), car il était moins cher d’acheter de la poudre que réelle humaine blanche perruques de cheveux.

Répondre Maggy 19 Septembre 2012 à 07:27

Ré. marque&point de sujet en poudre faisant look cheveux gris (ou gris ..); # 8217
Je me demande si cela a deux aspects, l’un étant que les cheveux gris pourrait donner gravitas. Cependant, il est possible que ce soit tout simplement les limites des produits&# 8230; .si poudre était blanc, à moins que vos cheveux déjà blancs, alors il serait sorti gris. Coloré ou poudres teintées pourraient pas non plus masquer sous-jacente d’une couleur de cheveux plus foncés.

Répondre saba 18 Octobre 2012 à 08:55

Répondre Tres Chic 20 Juillet 2013 à 10:27

Ce fut un article délicieux. Bien documenté, instructif et amusant. je&# 8217; m avec impatience le livre!

[&# 8230;] de la mode; plumes et fascinators! Cette tendance a commencé au-dessus de la tête des femmes de la cour française. Nous voyons aussi cette tendance de retour dans les années 1920 et 30, où les filles « flapper » américains serait [&# 8230];

[&# 8230;] Cette tendance en France et en Angleterre reporté sur les Etats, mais pas aussi spectaculaire. (Http://demodecouture.com/hairstyles-cosmetics-18th-century/) les femmes du XIXe siècle encore éviter le soleil pour garder leur teint pâle, que ce soit par l’utilisation de [&# 8230];

[&# 8230;] c’est ce qu’il se transforme en moins d’une heure ou deux. Que diable est un hérisson, je vous entends dire? Demode Couture a un excellent post qui explique les coiffures et les tendances cosmétiques du 18ème siècle, [&# 8230];

je&# 8217; suis désolé que vous croyez que j’ai plagié vos messages blog. je&# 8217; m tout à fait conscient des attributions, et je crois que tous les postes que je l’ai re-posté a votre lien sur elle. Si je l’ai omis tout s’il vous plaît laissez-moi savoir les dates et je les corriger, ou supprimer le comme vous préférez. affichage Cross est bon pour nous tous. Il ups nos classements sur les moteurs de recherche.

Je don&# 8217; t lire les commentaires souvent, mes excuses pour le retard.

[&# 8230;] De mode Couture, The Cut, In Triumph&Wake par Julia P. [; # 8217&# 8230];

Répondre Bill Hogge Septembre 29 2014, au 11h24

Salut Kendra, Achetée livre gour il est étonnant. Je suis wugs DOUNG pour le Addams Familt le musical. L’un des ancêtres est un charqcter marie Antounette. J’UWED un des thestyles dans votre livre et il est avéré excellent. J’ai eu un tho problème et pensé u pourrait être en mesure d’aider. Tbiw était une vieille perruque de la perruque Stock Companys un vieux mort perruque droite synthétique. Je l’ai fait le tour de l’eau chaude à friser et cela a fonctionné tout simplement génial. Le problème était après avoir passé quelques dqys obtenir fait. Lorsque je l’ai mis sur la tête de l’actrice, il ne lo.ger forme. le chapeau de perruque hqve pourrait-rétréci? Je vous ai lavé et habillé de nombreuses perruques ceci est la première fois que cela se hqppened .Peut u sécher la perruque sur un bloc de perruque?

Juste vous a envoyé un e-mail, mais en cas d’autres sont la lecture:
je&# 8217; avez jamais entendu parler du chapeau de perruque se rétrécit lorsque vous utilisez l’eau bouillante! J’ai une tête de taille légèrement plus grande, donc je pense que je&# 8217; d être le premier à remarquer si mes perruques devenaient tout petit.

Vous POURRIEZ sécher la perruque sur un bloc de perruque, sauf car ils&# 8217; re habituellement toile je pense qu’il faudrait un temps plus long. Peut-être le mettre sur le bloc de toile pendant quelques heures, puis l’enlever pour terminer le séchage?

Ma seule question est de savoir si vous redécorées la perruque avant de l’essayer sur votre actrice, et si vous l’avez fait sur un bloc de perruque. J’ai eu des problèmes avec des bouchons perruque de serrage en raison de style quand je WASN&# 8217; T coiffer la perruque sur un bloc.

Répondre Bill Hogge Septembre 29 2014, au 11h55

J’ai essayé la perruque sur l’actrice avant de les coiffer. Elle a une tête de plus grande taille. Il convient Il a été serré, mais il convient. Je me suis assuré quand j’ai ajouté les cheveux supplémentaire à la nuque que la perruque a été étiré. Je n’ai pas eu une blick perruque afin de style sur la tête de perruque styromousse. Il était une vieille perruque. J’ai commandé un bloc de perruque de toile avec pince devrait être ici la semaine prochaine. Qui ont Coyld. a causé la perruque à serrer. Puis-je sécher la perruque sur styro? Merci J’aime le livre. Très instructif et la perruque avéré magnifiquement.

Le fait que vous redécorées la perruque sur une tête de styromousse est ce qui rétrécit, je&# 8217; m sûr à 99%. Ces têtes sont minuscules, et même si vous ne&# 8217; t que vous pensez&# 8217; re de serrage comme vous le style, vous êtes. Donc, je wouldn&# 8217; t soucier de sécher la perruque sur une tête, je&# 8217; d simplement vous soucier de ce bloc toile perruque et en utilisant que pour le style!

Répondre Bill Hogge Septembre 29 2014, au 12h16

Merci Kendra. Je rencontre l’actrice sur Sam à la boutique perruque j’utilise (me donner thdy une réduction de 25%), nous allons trouver une perruque qui convient et va essayer à nouveau. wwith MY WIGBLOCK. MERCI POUR L’AIDE. Aussi savez-vous d’un spray qui fera la gliw perruque en blacklight?

Répondre Bill Hogge Septembre 29 2014, au 12h18

Aussi avez-vous d’autres livres sur?

[&# 8230;] ne pas avoir plumé / ciré / enfilé leurs sourcils à l’époque de la Régence. En fait, au début des années 1700, les femmes utiliseraient la fourrure de la souris pour ajouter du volume et de la définition à clairsemée [&# 8230];

[&# 8230;] Maintenant, je&# 8217; m ne va pas écrire trop de pommade et de la poudre dans le 18ème siècle, parce qu’il ya plusieurs chercheurs là-bas qui font un bien meilleur travail de celui-ci, mais si vous, mon lecteur, ne sont pas familiers avec elle, je vais dire ceci: pomatum et de la poudre, ainsi que des faux cheveux et divers tampons et autres plots, sont ce qui a permis aux femmes du 18ème siècle à faire leurs propres cheveux dans ces grands styles fous que vous voyez dans les portraits et pensez, &# 8220; Merde, que couldn&# 8217; t éventuellement être quelqu’un&# 8217; de vrais cheveux de, il doit être une perruque!&# 8221; La plupart du temps, il est naturel, car les cheveux dans les perruques du 18e siècle ont été si étroitement ajusté à votre tête que vous avez besoin de garder la tête rasée de les porter. Il y a beaucoup de mythes sur les cheveux et l’hygiène des cheveux dans le 18ème siècle qui ont été éclaté récemment, alors allez lire à ce sujet. [&# 8230];

[&# 8230;] représentent l’identité aristocratique déclarative que possible par l’artifice cosmétique « (Hyde). Les femmes et les hommes ont montré leur respectabilité et la classe à travers la peau blanche, et le maquillage lourd était [&# 8230];

RELATED POSTS

  • Femmes – s années 1950 Coiffures Un …

    Menu primaire Femmes # 8217; s 1950 Coiffures: Un aperçu Faisant suite à la difficulté de la Seconde Guerre mondiale et le rationnement, les années cinquante était une période de prospérité…

  • Femmes – s années 1960 Coiffures Un …

    Menu primaire Femmes # 8217; s 1960 Coiffures: Un aperçu Mode dans les années 1960 a vu beaucoup de diversité et a comporté de nombreuses tendances et styles influencés par les classes…

  • Pire Coiffures pour les femmes Plus …

    Rappelez-vous quand vous étiez dans votre 20s et pourrait (et a) porter de coiffure que vous vouliez? Blanchis ponytails blanc-blond, côté, et peut-être même le Rachel? Cela ne vraiment volent…

  • Top 100 Coiffures pour les femmes noires, tresses de cheveux afro.

    Top 100 Coiffures pour les femmes noires Bienvenue sur notre Top 100 Coiffures pour les femmes noires . Nous croyons que le début d’une nouvelle année est le meilleur moment pour un changement,…

  • Womanly choses, nous souhaitons encore les femmes …

    Vos Womanly Nous souhaitons femmes n’a toujours? Le mois dernier, le site Mme Noire a publié une liste des # 8220; 7 Manly Things We Souhait Men n’a toujours. # 8221; Je don # 8217; t…

  • Les femmes ayant orgasams_5

    Sweet Dreams Wet Combien d’entre vous ont eu des rêves sur le sexe et finissent par avoir un orgasme dans votre sommeil? Et combien d’entre vous ont des orgasmes dans votre sommeil sur une base…

Laisser un commentaire